Page d'accueil > Les Grands Personnages > Ludwig von Drake
     
Nom d'origine Ludwig von Drake
Première apparition le 24 septembre 1961 dans l’émission télévisée Walt Disney's Wonderful World of Color et le même jour dans une planche dominicale du comic strip Donald Duck dessinée par Al Taliaferro et scénarisée par Bob Karp
Créé par Milt Kahl (animateur) et Joe Rinaldi (scénariste)
Voix originale Paul Frees (1961-1986), Walker Edmiston (1986-1987), Albert Ash (1987-1988), Corey Burton (depuis 1988)
Voix française Roger Carel (voix parlée), Jean-Claude Donda (voix chantée dans la série télévisée Disney’s Tous en Boîte)
   

Ludwig von Drake est un savant excentrique, à la calvitie prononcée, aux sourcils fournis et aux lorgnons mal ajustés. Ce canard apparenté à Donald Duck, grand spécialiste de tout (et n’importe quoi !), dans l’univers des sciences ou au-delà, posséderait près d’une centaine de diplômes différents. Il est né à Vienne en Autriche, ce qui explique son accent germanique assez prononcé.

Parfaitement conscient de sa valeur, le professeur von Drake est certain d’être infaillible et d’avoir réponse à tout. Très distrait, il manque souvent d'esprit pratique et de retenue lorsqu’il s’agit d’étaler ses connaissances !

Déçu que les foules ne l’accueillent pas comme le mérite une sommité telle que lui,  il n’hésite pas à se dérouler lui-même le tapis rouge qu’il ne manque pas d’emporter avec lui lors de ses déplacements.

S’il a gagné beaucoup d’argent au cours de sa vie, ce qui lui permet d’être le propriétaire d’un luxueux manoir (pas assez entretenu !), Ludwig von Drake estime que la fortune est inutile et qu’il n’y a pas plus grande richesse que le savoir.

 

Un personnage né à la télévision

Ludwig von Drake est le premier personnage animé Disney de premier plan à avoir été créé pour le monde de la télévision. En effet, lorsque que le personnage est créé par Walt Disney en 1961 c'est pour lui servir de co-animateur pour son émission télévisée Walt Disney's Wonderful World of Color lancée sur la chaîne NBC pour remplacer le show Disneyland que l'Oncle Walt présentait entre 1954 et 1955 sur ABC assisté par Donald Duck dont la diction fort particulière était un frein à la compréhension générale du programme. Voulant partager l'affiche de sa nouvelle émission avec un personnage impertinent et loufoque qui séduirait aussi bien les adultes que les enfants, Walt Disney, ne trouvant pas chaussure à son pied parmi les nombreux personnages déjà créés par les artistes de ses studios, initia l'invention d'un personnage inédit qui très vite va créer l’événement et rencontrer le succès : Ludwig von Drake était né !

La première carrière du personnage à la télévision… Et au-delà ! (1961-1970)

Ludwig von Drake débute donc sa carrière dans l’émission Walt Disney's Wonderful World of Color du 24 septembre 1961, le tout premier numéro réalisé en couleurs. Le loufoque canard d’origine autrichienne présente An Adventure in Color, un programme au cours duquel il ambitionne d’apprendre aux téléspectateurs comment fonctionne la couleur en présentant les tons primaires avant de mettre en évidence le principe des prismes et la logique d’un arc-en-ciel… Il enchaîne ensuite avec les applications concrètes et contemporaines de la couleur, notamment à travers l’exemple de la télévision couleur. Tout au long de son intervention, Ludwig von Drake multiplie les explications confuses et hasardeuses et, très vite, séduit les téléspectateurs qui découvrent avec bonheur ce personnage totalement foldingue, derrière des prétendus airs de savant touche-à-tout.

 

Après cette première apparition remarquable et remarquée, Ludwig von Drake va réapparaître dans 17 épisodes de Walt Disney's Wonderful World of Color, entre 1961 et 1967. Dans ses apparitions, Donald Dingue interagit souvent avec son colérique neveu Donald, dans des séquences souvent drôles à souhait ou encore avec José Carioca (segment Carnival Time).

Dans plusieurs numéros de l’émission dans lesquels l’excentrique professeur apparaît, il est affublé d’un assistant, Herman, un grillon toujours vêtu d’un élégant costume-cravate rouge qui est en fait son ami d’enfance, qui lui aussi est de nationalité autrichienne. Apparu pour la première fois dans L’Instinct de chasse en 1961, le grillon a figuré par la suite dans plusieurs numéros de l’émission télévisée Walt Disney's Wonderful World of Color, notamment celui consacré à Mickey et le Haricot Magique (1963).

Parmi les nombreux domaines de compétences de Ludwig von Drake (anthropologie, géographie, psychanalise…), la musicologie semble avoir sa préférence ! En effet, il disserte (de façon toujours hasardeuse et excentrique) à de nombreuses reprises sur l’histoire de la musique, de ses différents courants et des instruments utilisés pour lui donner vie, comme dans le court-métrage Symposium de Chants Populaires (1962), sa seule apparition au cinéma à ce jour !

Il y présente en effet, à travers sept chansons des frères Sherman qu’il prétend avoir lui-même composé, les différents courants musicaux populaires caractéristiques de la première moitié du XXème siècle, parmi lesquels le charleston ou le twist. Ayant par la suite très régulièrement poussé la chansonnette dans des émissions de Walt Disney’s Wonderful World of Color dans l’épisode Music for Everybody par exemple), Ludwig von Drake a eu droit à plusieurs 45 tours avec des chansons issues du programme télévisé et même à un véritable album commercialisé en 1961 sous le titre de Professor Ludwig von Drake.

Malgré ces débuts fulgurants, la carrière de Ludwig von Drake va connaître un sérieux coup d’arrêt à la fin des années 1960. Pensé à l’origine comme un alter ego de Walt Disney, Ludwig von Drake va peu à peu tomber dans l’oubli après la mort du grand maître de l’animation, le 15 décembre 1966. A l’exception de deux derniers épisode de l’émission télévisée qui l’a vu naître (A Salute to Alaska en 1967 et Nature's Strangest Oddballs en 1970), l’excentrique savant ne réapparaît plus dans des séquences inédites jusque dans la seconde moitié des années 1980 !

Un retour au premier plan, à la télévision notamment : depuis 1985 !

Dans les années 1980, Ludwig von Drake va entamer une seconde carrière à la télévision. Si, dans un premier temps, son retour sur le devant de la scène se fait par le biais d’anciennes productions recyclées avec de très légères modifications, le loufoque professeur va très vite intégrer le casting de plusieurs séries télévisées, dans des prestations totalement inédites !

Ainsi, Ludwig von Drake apparaît dans La Bande à Picsou (1987-1990) le temps d’un épisode de la première saison intitulé La Toison d’or (The Golden Fleecing) : il est en effet le psychanalyste qui suit l’aviateur inexpérimenté, maladroit mais bon marché que Picsou a embauché pour piloter ses engins aériens.

Il est ensuite par deux fois l’hôte d’un épisode de la série de compilation Raw Toonage (1992).

Le canard autrichien intègre ensuite la bande de personnages de la série Bonkers (1993-1995), de nouveau en sa qualité de thérapeute psychanalytique. Apparaissant dans sept épisodes de la série, il y joue parfois un rôle de premier plan en venant en aide à l’ex-star de cartoons et apprenti policier Bonkers D. Bobcat comme dans l’épisode Bobcat Fever où, en compagnie du sergent Miranda Wright, il parvient à neutraliser un microbe qui infectait le cerveau du délirant lynx roux.

Ludwig von Drake est ensuite apparu dans quatre épisodes de Couacs en Vrac (1996) une série mettant principalement en scène Riri, Fifi et Loulou devenus adolescents, dans des histoires riches en action et en rebondissements. Ludwig von Drake y est alors un inventeur loufoque dont les créations viennent pimenter les aventures des neveux de Donald Duck. Dans l’un des épisodes où il apparaît, le savant met ainsi au point une machine capable de transformer quiconque en super-héros !

Après avoir multiplié les apparitions en temps que personnage secondaire dans diverses séries télévisées, Ludwig von Drake va intégrer successivement le casting de trois autres productions sérielles pour la télévision mais en tant que personnage récurrent et de premier plan, au même titre (ou presque !!) que Mickey, Minnie, Donald, Daisy, Dingo ou bien Pluto !

 
 

Dans Mickey Mania (1999-2001), il est ainsi à plusieurs reprises mis en scène dans ses propres aventures mais apparaît aussi dans celle des héros historiques des studios Disney que sont Mickey, Donald ou encore Dingo.

Entre 2001 et 2004, Ludwig von Drake devient un personnage récurrent de la série Disney’s Tous en Boîte. Lors de la troisième saison du programme, il a été le protagoniste d’un épisode, Demandez à von Drake (Ask von Drake), où après l’avoir ouvertement critiqué, il doit remplacer Mickey Mouse en tant que présentateur de la soirée de dîner-spectacle du club tenu par la célèbre souris et ses amis.

La consécration de sa seconde carrière télévisée, Ludwig von Drake va la connaître, entre 2006 et 2013, grâce à la série télévisée de Disney Junior La Maison de Mickey : il figure en effet au casting de 55 des 123 épisodes que compte le programme ! Dans cette série éducative, Ludwig von Drake joue plus que jamais le rôle d’un professeur, d’un excentrique transmetteur de savoir ! Le loufoque scientifique expert en tout (et parfois en rien !) est alors parvenu à séduire une toute nouvelle génération de téléspectateurs, ce qui semble lui promettre un avenir radieux sur la durée, même si depuis l’arrêt de la série jeunesse il a seulement fait l’objet d’un cameo dans un épisode de la saison 2 de la série Mickey Mouse (depuis 2013), intitulé Down the Hatch.

De façon beaucoup plus anecdotique, il est aussi un des personnages importants de la série exclusivement japonaise Disney UniBEARsity (depuis 2012).

Ludwig von Drake est aussi apparu dans plusieurs jeux vidéos Disney comme Disney's Mickey Saves the Day: 3D Adventure (Disney Interactive, 2001) ou Disney Golf (Disney Interactive Studios et Electronic Arts, 2002). Son apparition vidéoludique la plus remarquable a pour l’heure eu lieu dans Mickey's Racing Adventure (Disney Interactive, 1999) où il assure l’amélioration des véhicules automobiles de Mickey et des autres personnages jouables du jeu de course.

Sa carrière en bande dessinée

Ludwig von Drake a commencé une carrière en bande dessinée le même jour que sa première apparition à la télévision, le 24 septembre 1961 dans une planche dominicale du comic strip Donald Duck dessinée par Al Taliaferro et scénarisée par Bob Karp. Il n’apparaît alors que sous la forme d’un tableau envoyé par la poste à Donald depuis l’Europe pour lui annoncer sa venue prochaine. Dans la bande dessinée du lendemain, les lecteurs découvrent le personnage en chair et en os dans un gag où Donald, bien embarrassé, présente son excentrique oncle à Daisy.

Très vite, le personnage a eu droit à sa propre série de comic bookspubliée par les éditions Dell Comics, entre novembre 1961 et mai 1962. Après seulement quatre numéros et quelques histoires, toutes dessinées par Tony Strobl, la série s’interrompt définitivement.

Malgré ce relatif échec, le personnage continuera de faire des apparitions plus ou moins fréquentes et remarquables dans des histoires ayant pour vedette d’autres personnages de l’écurie Disney, comme Donald Duck ou Balthazar Picsou. Carl Barks, « l’Homme des canards », ne l’utilisa qu’à une seule reprise, dans une histoire courte mettant en scène le richissime canard de sa création.

Le personnage n’apparaîtra que très rarement dans les histoires dessinées pour l’Europe car les principaux éditeurs du Vieux Continent, notamment scandinaves, ne veulent pas entendre parler de ce personnage trop méconnu chez eux et délaissé depuis trop longtemps à leur goût… Au grand dam d’un auteur comme Keno Don Rosa, qui parviendra malgré tout à faire faire quelques discrètes apparitions clin d’œil au personnage dans plusieurs de ses histoires.

 

Pour le public américain, le comédien Paul Frees est indissociable du personnage de Ludwig von Drake a qui il prêta le premier sa voix. C’est lui qui imposa l’accent germanique assez prononcé pour que le public l’identifie immédiatement mais aussi assez léger pour que le personnage soit toujours compréhensible. L’acteur a prêté sa voix à de nombreux personnages de productions Disney parmi lesquels Primo l’instinct animal de Pluto dans le court-métrage Primitive Pluto (1950), la Souris dans le cartoon Goliath II (1960), Dawson le bandit de série télévisée de Les 101 Dalmatiens (1961) ou encore le narrateur du court-métrage Goofy's Freeway Troubles (1965). Il a aussi enregistré des performances vocales pour plusieurs attractions de parcs à thèmes Disney comme Haunted Mansion, Pirates of the Caribbean ou encore Great Moments with Mr. Lincoln.

En 1986, Walker Edminston succède à Paul Frees… Pour quelques mois seulement ! En plus de nombreuses participations à des séries télévisées Disney, cet acteur prêta sa voix à un sujet de la Reine Moustoria et à un sbire de Ratigan dans Basil, Détective Privé (1986).

Après un nouvel intermède de quelques mois assuré par Albert Ash, entre 1987 et 1988, c’est Corey Burton qui récupéra le rôle de Ludwig von Drake en version originale. Dès lors, il a assuré la voix du personnage dans chacune de ses apparitions ! Avec brio puisqu’il a reçu un Annie Award (« Voice Acting in an Animated Television Production ») en 2002 pour son travail sur le loufoque savant autrichien dans la série Disney’s Tous en Boîte (2001-2004). L’acteur a incarné bien d’autres personnages de cette série d’animation télévisée, parmi lesquels Zeus, le Chapelier Toqué, le Capitaine Crochet, Tweedle Dee et Tweedle Dum ou encore Chernabog… Nombreux sont aussi les personnages Disney que le comédien a doublé dans des direct-to-video, notamment des suites de Grands Classiques, et d’autres séries télévisées. Du côté des Grands Classiques, ses participations sont moins nombreuses et très anecdotiques : un garde dans Le Bossu de Notre-Dame (1996), les Titans et d’autres personnages secondaires dans Hercule (1997) ou Onus, un extra-terrestre dans La Planète au Trésor, un Nouvel Univers (2002)…

En version française, la seule voix parlée officiellement identifiée de Ludwig von Drake est celle de Roger Carel, célèbre comédien spécialisé dans le doublage et ayant incarné de très nombreux personnages de Disney. Citons, sans être exhaustifs : Jiminy Cricket (pour le 2nd doublage de Pinocchio en 1975 et pour le 2nd doublage de Coquin de Printemps en 1998), Timothée (2nd doublage 1984 de Dumbo), le Chafouin (2nd doublage d'Alice au Pays des Merveilles en 1974), Jock (2ème doublage de La Belle et le Clochard en 1989), le Roi Hubert (2nd doublage de La Belle au Bois Dormant en 1981), Pongo pour Les 101 Dalmatiens (1961), Kaa pour Le Livre de la Jungle (1967), Roquefort pour Les Aristochats (1970), Triste Sire pour Robin des Bois (1973), Winnie, Porcinet et Coco Lapin pour Les Aventures de Winnie l'Ourson en 1977 et par la suite dans d’autres productions, Bernard pour Les Aventures de Bernard et Bianca (1977) et Bernard et Bianca au Pays des Kangourous (1990), Piqueur pour Rox et Rouky (1981), Gurki pour Taram et le Chaudron Magique (1985) ou encore Basil  pour Basil, Détective Privé (1986).

Jean-Claude Donda assura la voix chantée du loufoque savant dans la série Disney’s Tous en Boîte (2001-2004). Ce comédien spécialisé dans le doublage prêta aussi sa voix à d’autres personnages de l’univers des canards Disney, le pilote maladroit Flagada Jones et le Rapetou La Science pour la série télévisée La Bande à Picsou (1987-1990). Il incarna aussi les personnages de Gonzo pour Noël Chez les Muppets (1992), de Prof pour le troisième doublage de Blanche Neige et les Sept Nains (1937) en 2001, de Lampie pour le second doublage de Peter et Elliott le Dragon (1977) en 2003, de Courant d’Air la même année pour Les 101 Dalmatiens 2 : Sur la Trace des Héros, de Monsieur Hibou dans Bambi 2 (2006), de la voix off des actualités cinématographiques dans Là-Haut (2009) ou encore de Don Carlton dans Monstres Academy (2013). L’un des ses rôles les plus marquants dans une production Disney, il le tint en 2011, en prêtant sa voix à Winnie l’Ourson le héros éponyme du 51ème Grand Classique des studios au château enchanté.

Les créateurs du personnage

 

La paternité de Ludwig von Drake revient conjointement au scénariste Joe Rinaldi et à l'illustre animateur Milt Kahl qui fut le tout premier artiste à donner vie au personnage, même si par la suite le loufoque canard fut très fréquemment animé par Ward Kimball, alors même que de son propre aveu il n'appréciait pas son caractère trop excentrique !

Le scénariste américain Joe Rinaldi a œuvré sur de nombreuses productions des studios Disney : Dumbo (1941), Mickey et le Haricot Magique (1947), Pecos Bill (1948), Johnny Pépin-de-Pomme (1948), Mélodie Cocktail (1948), Le Crapaud et le Maître d'École (1949), Cendrillon (1950), Alice au Pays des Merveilles (1951), Peter Pan (1953), La Belle et le Clochard (1955), La Belle au Bois Dormant (1959) et Babes in Toyland (1961).

C'est dans le cadre de sa participation aux émissions Disneyland puis Walt Disney's Wonderful World of Color (11 épisodes entre 1954 et 1969) qu'il fixa la personnalité exubérante du canard à l'accent autrichien.

Au cours de sa longue carrière, Milt Kahl participa à l'animation de dizaines de personnages Disney, parmi lesquels les Animaux de la Forêt et le Prince de Blanche Neige et les Sept Nains (1937), Pinocchio pour le Grand Classique éponyme de 1940, Bambi et Pan-Pan dans Bambi (1942), Johnny Pépin de Pomme et Slue Foot Sue pour Mélodie Cocktail (1948), Angus MacBlaireau et Brom Bones pour Le Crapaud et le Maître d'École (1949), la Bonne Fée, le Roi, le Grand Duc et le Prince de Cendrillon (1950), le Dodo d'Alice au Pays des Merveilles (1951), Lady et le Clochard pour La Belle et le Clochard (1955), les Rois Philippe et Hubert pour La Belle au Bois Dormant (1959), Roger et Anita pour Les 101 Dalmatiens (1961), Sir Hector, Kay, Madame Mim et Merlin pour Merlin l'Enchanteur (1963), Shere Khan, Kaa, les Vautours ou encore Bagheera pour Le Livre de la Jungle (1967), Thomas O’Malley, Edgar et Georges Hautecourt pour Les Aristochats (1970), le Shérif de Nottingham et Adam de la Halle pour Robin des Bois (1973), Tigrou pour Les Aventures de Winnie l'Ourson (1977) ou encore Madame Médusa et Snoops pour Les Aventures de Bernard et Bianca (1977).

Ayant débuté sa carrière chez Disney en 1934, Ward Kimball commença en tant qu'animateur sur des épisodes des Silly Symphonies (The Wise Little Hen, The Tortoise and the Hare, Elmer Elephant, Toby Tortoise Returns...). Lorsque la production du premier long-métrage Blanche Neige et les Sept Nains est lancée, il se voit confier la scène dans laquelle les Nains mangent leur soupe ('"soup sequence"). Mais après huit mois de dur travail, Walt Disney lui annonce que la séquence ne sera finalement pas intégrée à la version finale. Dépité, il s'apprête à quitter le studio mais Walt lui propose d'animer un nouveau personnage pour le second long-métrage d’animation des studios, Pinocchio, un grillon nommé Jiminy Cricket. L'animateur fut d'abord très en colère de devoir se consacrer à un "minable insecte" mais son travail donna finalement naissance à l'un des personnages les plus connus et les plus appréciés de tous ceux créés pour les Grands Classiques Disney.

Après avoir participé à l'animation de Bacchus dans la séquence La Symphonie Pastorale de Fantasia (1940), il donna naissance à Féline dans Bambi (1942), à la bande des cinq Corbeaux de Dumbo (1941). Parmi ses autres grandes réalisations, on peut citer le trio Donald Duck - José Carioca - Panchito Pistoles dans Les Trois Caballeros (1945), Pecos Bill dans Mélodie Cocktail (1948), le chat Lucifer et les souris Jaq et Gus dans Cendrillon (1950), les frères Tweedle Dee et Tweedle Dum, le Chapelier Toqué, le Lièvre de Mars et le Chafouin dans Alice au Pays des Merveilles (1951) ou encore le Chef Indien dans Peter Pan (1953).

Les sources d'inspiration du personnage

Le nom du loufoque intellectuel serait une référence à la fois à l’illustre compositeur classique allemand Ludwig von Beethoven et au célèbre économiste autrichien Ludwig von Mises, deux sommités dans leur domaine respectif… Comme Ludwig von Drake, en théorie du moins !

Les créateurs du personnage se sont aussi inspirés d’un savant germanique avec qui ils ont travaillé pour le compte de la Walt Disney Company, pour l’émission basée sur Tomorrowland, le scientifique allemand, Wernher von Braun, spécialiste renommé de l'astronautique.

Pour certains, le personnage serait une version « beta », plus excentrique et loufoque, du Professeur Hibou, protagoniste des courts-métrages Melody et Les Instruments de musique, tous deux datés de 1953.

Un parent de Donald, oui mais encore ?

Lorsqu’il a introduit pour la première fois le personnage au public américain lors de l’épisode inaugural de son émission Walt Disney's Wonderful World of Color le 24 septembre 1961 Walt Disney présente Ludwig von Drake comme un oncle de Donald, le frère de son père, du côté germanique de la famille Duck. Il précise aussi que le savant, d’origine autrichienne, est né dans la ville de Vienne.

Lorsque des spectateurs attentifs du show ont demandé à l’Oncle Walt pourquoi, s’il était son oncle paternel, Ludwig ne portait-il pas le même patronyme que Donald ? Ayant réponse à tout, Walt Disney a alors répondu que Donald, bien décidé à se démarquer de la masse dès son plus jeune âge, avait choisi de prendre le nom de famille de sa mère et non celui de son paternel !

En 1963, dans un épisode de l’émission télévisée qui l’a vu naître, Ludwig von Drake affirme qu’il serait le petit-fils de la Mère l’Oie, personnage immortalisé par le célèbre auteur de contes français Charles Perrault.

Bref, pendant des années la généalogie de la famille Duck a été hasardeuse et le lien de parenté unissant Ludwig et Donald pour le moins incertain ! En 1993, l’auteur de bande dessinée Keno Don Rosa a entrepris de clarifier la situation en réalisant un arbre généalogique de la famille Duck qui, depuis, fait autorité. Même si vous regardez avec soin son (remarquable) travail, vous n’y trouverez pas Ludwig von Drake… Et cela pour une bonne raison : les responsables de l’éditeur européen Egmont qui emploient alors Don Rosa ne veulent pas entendre parler du personnage qui pour eux doit rester une exclusivité des États-Unis et n’a pas sa place à l’internationale, contrairement à Popop, grandement méconnu en Amérique, qu’ils veulent voir mis en avant dans les histoires réalisées sur le Vieux Continent !

 
Il faudra attendre qu’un arbre généalogique officieux, envoyé par Don Rosa à un fan de ses histoires, soit dévoilé pour que le grand public apprenne la place que l’auteur avait décidé d’offrir à Ludwig von Drake au sein de la famille Duck : contredisant Walt Disney en personne, le dessinateur faisait du loufoque savant autrichien le mari de Matilda, l’une des sœurs de Balthazar Picsou, la tante de Donald. Selon Don Rosa, Ludwig von Drake serait donc l’oncle par alliance de Donald et le beau-frère du richissime Picsou !
Quand Matilda éclipse Alice...

Depuis les années 1990 et les théories de Keno Don Rosa, Ludwig von Drake est considéré comme le compagnon de Matilda McPicsou… Mais la sœur de Balthazar Picsou n’est pas la première conquête féminine de l’excentrique savant ! En effet, Ludwig von Drake a un temps eu pour petite amie une cane prénommée Alice : apparue pour la première fois le 11 juillet 1985 dans un gag sans titre scénarisé par Bob Foster et dessiné par Frank Smith pour la série de bande dessinée Donald Duck, elle figura par la suite dans trois autres gags de cette même série. Aucune des quatre histoires mettant en scène la première compagne du savant d’origine autrichienne n’a jamais été publiée en France.

Petite anecdote amusante, selon les épisodes de la série Disney’s Tous en Boîte, Ludwig von Drake ne vivrait ni avec Alice ni avec Matilda mais avec Mme von Drake, sa maman !

Un récent changement de nom dans l'Hexagone !

Pendant longtemps, de 1961 jusqu’à la fin de la décennie 1990, le loufoque savant autrichien était baptisé Donald Dingue en version française.

Depuis les années 2000, le personnage est désormais appelé de son nom anglophone de Ludwig von Drake dans toutes ses apparitions françaises. Son nom français originel était problématique dans la mesure où deux personnages importants de l’univers des canards Disney se retrouvaient à porter le même prénom de « Donald »… Pas évident dès lors de s’y retrouver si l’on n’est pas un pur fan de l’univers Disney !

A noter que dans certaines traductions françaises des premières bandes dessinées où est apparu le personnage il reçut l’étonnant sobriquet de Ludovic Pince-Nez !

Ludwig von Drake et Popop... pas de place pour deux !

Plusieurs observateurs, dont certains particulièrement experts et éclairés, ont à plusieurs reprises comparé Ludwig von Drake à Popop, l’un des cousins de Donald Duck, car ils seraient selon eux des personnages de la même trempe loufoque et excentrique. S’il est vrai que les deux personnages sont avant tout des éléments humoristiques, les ressorts comiques employés pour chacun d’entre eux sont bien différents, beaucoup plus subtils pour Ludwig von Drake que pour Popop ! Quoi qu’il en soit les deux personnages ont été considérés comme difficilement conciliables dans l’univers des canards Disney. Ludwig von Drake a poursuivi sa carrière sur le continent américain, là où elle avait commencé en trombes à la télévision en 1961, jusqu’à y devenir un personnage presque aussi populaire et apprécié du grand public que Donald et Picsou. Popop, quant à lui, a gagné l’Europe où il est devenu un personnage incontournable de l’univers de Donaldville dans les bandes dessinées réalisées sur le Vieux Continent, notamment en Italie.

 

Si un « character » à l'effigie de Ludwig von Drake existe, ses sorties au devant des visiteurs des parcs à thèmes Disney de par le monde sont tout à fait exceptionnelles ! Elles semblent, de plus, uniquement réservées à des événements spéciaux des parcs Disney américains, Disneyland et Walt Disney World : Walt Disney World Marathon (Floride), certains Limited Time Magic events (Californie et Floride) ou encore les Disney Dreamers Everywhere! Events (Californie).

Cependant, plusieurs références au personnage sont faites dans plusieurs parcs à thèmes Disney. A Disneyland en Californie, ainsi qu'à Tokyo Disneyland, les visiteurs du land Mickey's Toontown peuvent apercevoir la fenêtre d'une boutique fictive nommée Von Drake's Old Curiosity Shop.

A Paris, une statue à l'effigie de Ludwig von Drake fait partie du décor du Disney Store de Disney Village. Il figure aussi dans le décor du magasin The Storybook Store de Disneyland Paris.

Une silhouette du personnage apparaît dans la boutique Mouse Gear du parc floridien EPCOT.

En 2011, Ludwig von Drake était l'une des mascottes de l’Expo D23 d'Anaheim en Californie. A ce titre, il était l'un des juges du concours de connaissances Ultimate Disney Trivia Tournament 2011 organisé durant l’événement.

 
Le site www.personnages-disney.com est un site amateur réalisé par un fan, non commercial et non affilié à la Walt Disney Company. Toutes les images présentées sur le site sont la propriété de la Walt Disney Company, ou sont des montages réalisés par le webmaster à partir d'images appartenant à la Walt Disney Company.
Contact : personnages-disney@live.fr
Ludwig von Drake (Donald Dingue)