Page d'accueil > Liste des films > Les Aristochats
Le site www.personnages-disney.com est un site amateur réalisé par un fan, non commercial et non affilié à la Walt Disney Company. Toutes les images présentées sur le site sont la propriété de la Walt Disney Company, ou sont des montages réalisés par le webmaster à partir d'images appartenant à la Walt Disney Company.
Contact : personnages-disney@live.fr

     
Date de sortie 11/12/1970 (USA)
  08/12/1971 (France)
Titre original The Aristocats
Réalisation Wolfgang Reitherman
Durée 78 minutes
Budget Environ 4 millions de $
   
  20e Grand Classique (Walt Disney Animation Studios)
     
19 fiches consultables
 
Une histoire écrite par les scénaristes Tom McGowan et Tom Rowe en 1962 pour un projet de téléfilm en prises de vues réelles dans le cadre de l’émission Walt Disney’s Wonderful World of Color.
 
 
L’un des points forts du 20e Grand Classique Disney est incontestablement sa galerie de personnages mémorables et charismatiques. Si Duchesse, archétype de la femme aristocrate européenne telle qu’elle est perçue par les Américains dans les années 1960, est finalement un personnage assez fade, il n’en va pas de même pour ses chatons, notamment deux d’entre eux. En effet, la petite Marie crève l’écran, toujours prête qu’elle est à faire des bêtises derrière ses apparences craquantes de petite « lady ». Toulouse, le chaton roux, est la tête brulée, le petit caïd de la famille que rien ne semble effrayer… Du moins a priori ! Berlioz, le dernier de la fratrie, peine lui à tirer son épingle du jeu. L’une des grandes réussites du casting est sans nul doute le séduisant et baratineur chat de gouttière Thomas O’Malley : ses interventions, drôles à souhait, sont d’autant plus savoureuses qu’elles tranchent avec les airs sophistiqués de Duchesse dont il s’éprend rapidement. Ses vieux amis, menés par le chat jazzy Scat Cat, parviennent en quelques secondes à se hisser au panthéon des personnages Disney grâce à l’inoubliable séquence du tube musical « Tout le monde veut devenir un cat ». Outre les félins, d’autres animaux tirent leur épingle du jeu : une souris, deux oies, un jars et deux chiens ! Roquefort, est un personnage que le public prend tout de suite en sympathie. Les sœurs palmipèdes Amélia et Amélia Jacasse offrent à Thomas O’Malley une irrésistible leçon de natation ; leur oncle, Waldo, ne partage pas leur flegme tellement britannique et son irrépressible penchant pour l’alcool n’y est certainement pas pour rien ! Napoléon et Lafayette, deux chiens aux patronymes bien français, sont eux d’irrésistibles personnages comiques dont les apparitions aux côtés d’Edgar sont simplement inoubliables. Au final, le majordome est la seule véritable grande déception du film au niveau des personnages : « grand méchant » du Grand Classique, il n’inspire à aucun moment la crainte et peine à convaincre les spectateurs tant il est tourné au ridicule ! Il fait alors bien pâle figure comparé deux autres personnages humains importants du casting, tous deux très réussis : la douce et bienveillante Adélaïde de Bonnefamille et son déjanté notaire Georges Hautecourt.
 
 
Pourtant connu pour détester les chats, l’Oncle Walt sentit tout le potentiel de l’histoire que les scénaristes Tom McGowan et Tom Rowe lui présentaient pour un épisode en prises de vues réelles d’une émission de télévisée. Il décida de réserver l’histoire pour un Grand Classique mais ne participa pas réellement au projet puisqu’il mourut au début de sa production.
L’artiste devient le « leader artistique naturel » des studios Disney suite au décès de Walt. Dès Les Aristochats, il inculque aux Grands Classiques Disney de la fin des années 1960 et des années 1970 son humour typiquement cartoon, particulièrement sensible dans les scènes de course-poursuite entre Edgar et les chiens Napoléon et Lafayette.
Les célèbres compositeurs et paroliers, Richard M. et Robert B.Sherman sont à l’origine de deux morceaux très réussis pour la bande originale du film, qui viennent se rajouter aux nombreuses pépites musicales qu’ils ont créées pour les studios Disney : la chanson du générique, « The Aristocats » (« Les Aristochats »)et « Scales and Arpeggios » (« Gammes et Arpèges »).
Le plus connu des chanteurs français de l’époque outre-Atlantique sort de sa retraite, à quatre-vingt ans passés, pour interpréter la chanson générique du Grand Classique à l’ambiance foncièrement parisienne, « The Aristocats » (« Les Aristochats »). Il chante aussi bien la version anglophone que la version francophone.

L’acteur et compositeur afro-américain suppléa Louis Armstrong qui devait initialement tenir le rôle du très jazzy chat Scat Cat mais dut renoncer pour des raisons de santé. Il est en grande partie responsable du succès retentissant de la chanson « Everybody Wants to Be a Cat »(« Tout le monde veut devenir un cat »), un hit de la discographie Disney.

Le chanteur, compositeur, jazzman, chef d’orchestre et acteur américain s’illustre avec brio dans le rôle du charismatique chat de gouttière, expert dans l’art du baratin et de la séduction. Il incarna aussi les ours Baloo dans Le Livre de la Jungle (1967) et Petit Jean dans Robin des Bois (1973).

 
Espagne
1972
Récompense
Prix Sant Jordi du cinéma
 
Allemagne
1973 et 1981
Récompense
Prix Goldene Leinwand