Page d'accueil > Liste des films > Aladdin
Le site www.personnages-disney.com est un site amateur réalisé par un fan, non commercial et non affilié à la Walt Disney Company. Toutes les images présentées sur le site sont la propriété de la Walt Disney Company, ou sont des montages réalisés par le webmaster à partir d'images appartenant à la Walt Disney Company.
Contact : personnages-disney@live.fr
Aladdin

1992

 

 

     
Date de sortie 11/11/1992 (USA)
  24/11/1993 (France)
Titre original Aladdin
Réalisation John Musker, Ron Clements
Durée 90 minutes
Budget 28 millions de $
   
  31e Grand Classique (Walt Disney Animation Studios)
     
18 fiches consultables
 

Le conte traditionnel arabo-perse Aladin ou la Lampe merveilleuse et le film britannique de 1940, Le Voleur de Bagdad.

 
 
Le casting d’Aladdin est l’un des principaux points forts, pourtant nombreux, du 31e Grand Classique Disney. Le héros éponyme du film tranche avec les archétypiques héros masculins dans la fleur de l’âge des studios au château enchanté, faire-valoir sans relief et sans charisme : Aladdin, jeune voleur au cœur pur rêvant d’une vie meilleure que la sienne est en effet un personnage tout en contradictions et en nuances qui parvient, en quelques secondes seulement, à ravir le cœur du spectateur. L’élue de son cœur, la princesse Jasmine, rompt elle aussi les codes traditionnels. Cette jeune femme de caractère entend ne pas laisser les autres décider de son avenir à sa place et souhaite être seule maîtresse de son destin… Même si cela signifie aller à l’encontre des demandes répétées de son Sultan de père, génial personnage comique, et de ses velléités de mariage dans l’esprit des lois d’Agrabah. Le couple de héros, aussi réussi soit-il, se fait voler la vedette par un personnage devenu l’un des plus populaires des studios Disney : le Génie de la Lampe, personnage on ne peut plus excentrique, expert en transformation, en grimaces, en onomatopées, en tours de passepasse et autres prestidigitations. Parmi les personnages de premier ordre, Jafar, le vizir d’Agrabah et grand méchant de l’histoire, se taille une place de choix : machiavélique et inquiétant à souhait, prêt à toutes les ignominies pour étancher sa soif de pouvoir, il est aujourd’hui encore l’un des vilains Disney les plus populaires et les plus appréciés par le grand public ! Son acolyte, le perroquet (un peu trop) bavard Iago est aussi une vraie réussite, tout comme Abu, le petit singe malin et espiègle d’Aladdin ou encore le Tapis Volant, personnage improbable en théorie et qui dans la pratique se révèle un irrésistible personnage de pantomime… Et dire que nous ne parlons ici que des personnages les plus remarquables ! Oui, décidément, ce casting ambiance « Mille et une nuits » mérite bien cinq étoiles !
 
 
Pour leur troisième collaboration aux manettes d’un Grand Classique Disney, après Basil, Détective Privé (1986) et La Petite Sirène (1989), les réalisateurs ajoutent un nouveau chef d’œuvre au panthéon des longs-métrages d’animation Disney, l’un des plus populaires du « Deuxième Âge d’Or » des studios au château enchanté.
Le parolier serait à l’origine du Grand Classique. Il aurait, dès 1988, composé et proposé aux studios Disney un script d’une cinquantaine de pages mettant en scène Aladdin, ainsi que six chansons arabisantes dont trois seront finalement conservées.
Le compositeur livre une nouvelle prestation de haut vol pour la bande originale du Grand Classique. Son travail sur Aladdin remporta de nombreuses récompenses, parmi lesquelles la plus prestigieuse de toutes, l’Oscar de la meilleure musique, en 1993.
Le parolier britannique collabora avec Alan Menken suite au décès d’Howard Asham, fidèle ami et partenaire de travail du compositeur américain. Parmi les chansons qu’il écrivit pour le Grand Classique se trouve un morceau inoubliable et intemporel, oscarisé en 1993, « A Whole New World » (« Ce rêve bleu »).

L’animateur, responsable de la supervision de l’animation du Génie, est à l’origine du succès fulgurant du personnage qui trouva immédiatement une place de choix au « Panthéon » des stars Disney : c’est lui qui décida d’en faire un personnage excentrique et délirant, très loin de l’image traditionnelle des génies, personnages aux grands pouvoirs mais plutôt sages et effacés.

Le comédien américain interprète l’inénarrable Génie, un personnage haut en couleurs auquel il a su donner toute sa folie, son énergie et son charisme en n’hésitant pas à suivre son instinct et à beaucoup improviser. Son travail formidable fut salué par la critique, encensé par le Grand Public et récompensé d’un prix spécial lors de la cérémonie des Golden Globes 1993.

 
Oscars
1993
Victoire
Meilleure chanson décerné à Alan Menken et Tim Rice pour « A Whole New World » (« Ce rêve bleu »)
 

19923

Victoire

Meilleure musique décerné à Alan Menken

 
1993
Nomination
Meilleur son
 
1993
Nomination
Meilleur montage sonore
 
1993
Nomination
Meilleure chanson pour « Friend Like Me » (« Je suis ton meilleur ami »)
 
Golden Globes
1993
Victoire
Meilleure chanson originale pour « A Whole New World » (« Ce rêve bleu »)
 
1993
Victoire
Meilleure musique de film décerné à Alan Menken
 
1993
Victoire
M« Special Award » décerné à Robin Williams pour son travail vocal sur le doublage du Génie et du Colporteur
 
1993
Nomination
Meilleur film musical ou comédie
  1993 Nomination Meilleure chanson originale pour « Friend Like Me » (« Je suis ton meilleur ami »)
  1993 Nomination Meilleure chanson originale pour « Prince Ali »
       

BAFTA Awards

1994

Nomination

Meilleurs effets visuels
 

1994

Nomination

Meilleure musique de film