Page d'accueil > Les Grands Personnages > Flairsou
     
Nom d'origine John Davison Rockerduck
Première apparition en décembre 1961 dans Boat Buster (histoire traduite sous le titre Pleins gaz ! et également parue en France sous le titre Qui gagne perd !)
Créé par Carl Barks
Voix originale -
Voix française -
   

Comme Balthazar Picsou, Gontran Bonheur, la sorcière Miss Tick ou encore les Rapetou pour ne citer qu’eux, l’archimultimilliardaire donaldvillois Crésus Flairsou a été créé par le dessinateur américain Carl Barks. C’est en effet sous les crayons de celui que l’on surnomme « l’Homme des canards » que le rival de Picsou voit le jour en décembre 1961 dans l’histoire intitulée Pleins Gaz ! ou Qui gagne perd ! (Boat Buster en version originale).

Les deux "papas" de Flairsou

Flairsou est alors dépeint comme un magnat du pétrole défiant Picsou dans une course de bateau pour savoir lequel des deux produit la meilleure essence pour moteur. La première rencontre entre les deux patrons d’industrie est explosive : les insultes fusent et les coups pleuvent ! Par la suite, Flairsou est abandonné par son créateur… Il ne sera donc apparu que dans une seule et unique histoire dessinée par Barks.

 

 

Le deuxième « papa » de Flairsou n’est pas un artiste mais le chef du Publications Department des studios Disney au début des années 1960, George Sherman. Le directeur de publication a lu le deuxième récit mettant en scène le personnage de Flairsou, une histoire italienne dessinée par Giorgio Bordini sur un scénario des frères Abramo et Gian Paolo Barosso, parue en mars 1963 et intitulée Oncle Picsou et le kiwi volant (Zio Paperone e il kiwi volante).

Persuadé que les artistes italiens ont eu du flair en relançant la carrière de l’archimultimilliardaire colérique, Sherman pousse les auteurs qui travaillent sous ses ordres aux Etats-Unis comme Tony Strobl ou Jack Bradbury à faire régulièrement apparaître ce personnage dans leurs histoires. La carrière de Flairsou dans la bande-dessinée est bel et bien lancée !

Une carrière surtout transalpine

Créé puis relancé par des Américains, Flairsou peine cependant à trouver son public aux Etats-Unis et ses apparitions s’espacent de plus en plus au fil du temps : les lecteurs d’outre-Atlantique lui préfèrent en effet très majoritairement un autre archimultimilliardaire créé par Carl Barks quelques années avant en 1956, l’Afrikaner Archibald Gripsou. En Italie, c’est le phénomène inverse qui se produit : Flairsou est l’un des adversaires de Picsou les plus utilisés dans les histoires des artistes transalpins tels que Giovan Battista Carpi, Giorgio Cavazzano, Guido Martina et Romano Scarpa et l’un des plus appréciés des lecteurs italiens. A l’heure actuelle, le personnage est apparu dans plusieurs centaines d’histoires écrites dans la langue de Dante.

Un relooking pour Flairsou

Lors de sa première et unique apparition dans une histoire de son créateur, Carl Barks, le canard archimultimilliardaire arborait un look bien différent de celui qu’on lui connaît aujourd’hui : il avait, entre autres, des cheveux plus longs  et ne souffrait aucunement de calvitie.

C’est trois-quatre ans plus tard que l’apparence de Flairsou sera définitivement fixée : le rival donaldvillois de Picsou arborera désormais des cheveux filasse sur les côtés et à l’arrière, portera un chapeau melon couvrant son crâne dégarni sur le sommet, un costume et une cravate. Il est le seul canard important de l’univers Disney a avoir des chaussures fermées. Le mérite en revient à deux illustrateurs qui prennent la même initiative à quelques mois d’intervalle : l’américain Jack Bradbury dans L’Argent, ça va, ça vient ! (Battle of the Big Spenders en version américaine) et l’italien Romano Scarpa qui illustre l’histoire Le Tour du monde en 80 défis sur des textes de Dick Kinney, aussi scénariste du récit mis en images par Bradbury.

 

 

Flairsou, troisième homme le plus riche du monde
 

Crésus Flairsou a beau être archimultimilliardaire, il n’est que le troisième homme le plus riche de la planète, les deux premières places étant occupées par Balthazar Picsou (n°1) et Archibald Gripsou (n°2). Il a une ambition maladive, une idée fixe, devenir enfin l’homme le plus riche du monde.

Malgré sa troisième place au classement des plus grandes fortunes mondiales, le plus jeune des trois archimultimilliardaires est un sérieux rival pour Picsou. Les entreprises des deux magnats se trouvent bien souvent en compétition directe, qu'il s'agisse de production d'essence pour moteurs, de chaînes de fast-food, ou de bien d'autres secteurs industriels : ainsi, lorsque Picsou lance sa marque de soda Picpepsi, Flairsou contre-attaque avec la boisson gazeuse Flaircola.

Si Gripsou et Picsou sont de sérieux rivaux en affaires, ils semblent partager des valeurs communes, une même éthique… Ce n’est pas le cas de Flairsou qui ne s’embarrasse pas des lois et n’hésite pas à avoir recours aux services de la pègre.

Malheureusement pour Flairsou, Picsou finit presque toujours pas sortir victorieux de leurs joutes, magré les méthodes parfois très discutables auxquelles il a souvent recours.  A chacun de ses nombreux succès, Picsou conforte l’avance considérable dont il dispose sur son rival donaldvillois.

Un grand nombre des histoires mettant en scène Flairsou se terminent sur un gimmick : un plan du troisième homme le plus riche du monde mangeant son chapeau tel qu’il s’était engagé à le faire en cas d’échec.

Flairsou et Gripsou étant tous les deux des rivaux de Picsou en affaires, les artistes Disney ont souvent considéré qu’ils jouaient un rôle similaire et que les utiliser tous les deux dans une même histoire risquerait d’être redondant, de faire double-emploi : les deux adversaires de Picsou ne sont, à l’heure actuelle, apparus que dans une seule et unique histoire ensemble, Picsou riche à billions !. Dans ce récit, Picsou a parié avec Gripsou qu’il gagnera un milliard en plein désert américain et Flairsou leur emboîte le pas, dans le but de s’enrichir au détriment de son éternel rival de Donaldville.
 
Les multiples visages de Flairsou

Nombreuses sont les histoires où Crésus Flairsou et Balthazar Picsou s’affrontent sous les traits de leurs ancêtres respectifs : ainsi, dans l’histoire Le corsaire et le lion de Castille (Guido Martina et Luciano Bottarose, 1972) se passant au XVIIIe siècle, le pirate Flairsou Drake, ancêtre de Crésus, cause bien des soucis à son ennemi juré, le gouverneur de Maracacao, Picsou de Picpesetas, ancêtre de Balthazar.

Dans plusieurs histoires italiennes, Flairsou a été un fugace super-héros ou plutôt de super-méchant : c’est le cas dans la saga Les Ultrahéros où Flairsou est Roller Dollar, membre éminent des Bad-7, groupe d'individus malveillants voulant dominer le monde.

 

  La bande à Flairsou

Dès ses premières apparitions, Flairsou est accompagné d’un secrétaire sans qu’il ait une apparence physique véritablement fixée et sans qu’il prenne vraiment part aux histoires dans lesquelles il apparaît très brièvement. La donne change lorsque dans les années 1970 l’italien Massimo De Vita créé Lusky, secrétaire, majordome et homme à tout faire de Flairsou qui, à l’image de son patron, n’hésite pas à avoir recours à des manœuvres pénalement et moralement répréhensibles. Lusky (parfois appelé Jeff en France) a ensuite été repris par un grand nombre d’auteurs jusqu’à devenir le secrétaire officiel et attitré de Crésus Flairsou.

Dans un grand nombre d’histoires italiennes le mettant en scène depuis les années 1970, Flairsou n’hésite pas à employer, moyennant espèces sonnantes et trébuchantes, les services d’individus peu recommandables, autres ennemis de Picsou comme les gangsters de la famille Rapetou ou la sorcière Miss Tick, à la manière d’un chef mafieux.

Côté famille, on sait que Flairsou est le fils d’Howard Flairsou, un ancien prospecteur américain qui fit fortune en 1849 lors de la ruée vers l’or. Venu quelques temps en Ecosse pour trouver une épouse, il voulut un jour de 1877 épater une jolie fille de Glasgow (qui n’était autre que la sorcière Miss Tick) en jetant plusieurs pièces de monnaie à des enfants des rues. C’est l’une de ces pièces de 10 cents que Burt le Cantonnier donna à Picsou alors enfant pour lui avoir ciré les chaussures.

Cette pièce, la première gagnée par Balthazar Picsou grâce à son travail, devint son sou fétiche. Cette histoire est racontée dans l’épisode 0 de La Jeunesse de Picsou (Canards, Centimes et Destinée !) écrit par Don Rosa.

Howard Flairsou rentra rapidement en Amérique où il épousa une riche américaine dont on ignore le nom avec qui il eut un enfant né en 1878. Le jeune Flairsou peut ainsi être vu dans l’épisode 4 de La Jeunesse de Picsou (L'Aventurier de la colline de cuivre). Alors âgé de sept ans, Crésus (John) Flairsou apparaît comme un enfant insupportable qui exaspère son père. Ce dernier aide Balthazar Picsou – né une dizaine d’années avant son fils – à prendre possession d’une mine de cuivre dont il était en fait lui-même propriétaire. Interrogé par Picsou, il indique avoir fait ça pour faire un trou dans l’héritage de son fils qu’il ne supporte pas !

Crésus Flairsou a aussi un neveu, Arsène Flairsou, apparu dans une seule et unique histoire : on ne sait pas si le jeune garçon à l’apparence physique similaire à celle de son oncle mais au tempérament bien moins combattif est le fils d’une sœur ou d’un frère de Crésus Flairsou.

Quelques auteurs italiens se sont risqués à faire état d’un lien de parenté entre les familles Picsou et Flairsou : les Flairsou serait une famille cousine des Picsou. D’ailleurs, Crésus Flairsou et Balthazar Picsou auraient une parente commune, une certaine Tante Joséphine.

 

 
de Rockefeller à Rockerduck

Le nom choisi par Carl Barks pour son archimultimilliardaire est une allusion presque transparente au magnat américain du pétrole John Davison Rockefeller. L’industriel américain, propriétaire de la Standard Oil, prend sa retraite en 1896 : il est alors l’homme le plus riche du monde et a bâti un véritable empire dont vont profiter ses héritiers. Certaines études le considèrent encore aujourd’hui comme l’homme le plus riche de tous les temps… Contrairement à Flairsou, éternel « troisième homme le plus riche du monde », derrière Picsou et Gripsou.

Les deux « hommes » ont par contre en commun leurs dépenses fastueuses et ostentatoires de « nouveaux riches » bien éloignées de l’avarice et des valeurs de l’argent gagner honnêtement à la sueur du front qui caractérisent le célèbre Oncle Picsou !

Cette filiation évidente en version originale ne l’est pas en version française où le personnage s’est appelé tour à tour Anatole Pictou, John Flairsou et Crésus Flairsou.

 
Le site www.personnages-disney.com est un site amateur réalisé par un fan, non commercial et non affilié à la Walt Disney Company. Toutes les images présentées sur le site sont la propriété de la Walt Disney Company, ou sont des montages réalisés par le webmaster à partir d'images appartenant à la Walt Disney Company.
Contact : personnages-disney@live.fr
Crésus (John) Flairsou