Page d'accueil > Les billets > Les 10... > Grandes dates de la carrière de Donald

Le 9 juin 2014, Donald Duck a fêté ses 80 ans ! Cette date marque en effet la naissance officielle du célèbre canard des studios Disney. A ses débuts, rien ne prédestinait ce personnage alors secondaire à une telle carrière. Progressivement pourtant, Donald a su s'imposer comme un personnage incontournable des studios qui avaient consacré, six années avant lui, la célèbre souris Mickey Mouse. Aujourd'hui, Donald demeure l'un des personnages Disney les plus populaires auprès du public. La carrière du palmipède au caractère bien trempé ne fut toutefois pas de tout repos. A travers dix grandes dates, revivez les moments marquants de la vie de Donald, de 1934 à nos jours !

Donald Duck est officiellement né le 9 juin 1934. Cette date correspond à la sortie au cinéma du cartoon The Wise Little Hen (Une Petite Poule Avisée), 45ème épisode de la série des Silly Symphonies, les contes musicaux des studios Disney. Il n’est alors qu’un personnage secondaire, comparse paresseux de Peter Pig qui rechigne à aider une poule à planter son maïs (image A).

Pour comprendre les origines du canard, il faut toutefois remonter quelques années en arrière. Walt Disney crée Mickey en 1928. Le succès des cartoons de la souris, accompagné dès le début par Minnie, est fulgurant. Disney crée alors d’autres personnages : Horace en 1928, Clarabelle et Pluto en 1930, Dingo en 1932. Mais Walt veut un canard dans sa bande de personnages animés !

Ainsi, dès 1931, Donald le canard est cité parmi les compagnons de Mickey dans un livre intitulé « Les Aventures de Mickey », sans toutefois être représenté. L’année suivante, dans un autre petit livre, il est enfin dessiné sous une forme primitive qui n’a rien à voir avec le design de Donald tel qu’on le représente aujourd’hui (image B) !

Toutefois, il manque encore un détail à Walt Disney pour inclure son canard dans les cartoons de Mickey : une voix ! Le déclic se fait lorsque Walt entend à la radio une publicité avec une incroyable imitation de chevreau. Derrière cette voix se cache Clarence Nash, un jeune employé d’une entreprise laitière qui avait laissé une copie de cette publicité à la réception des studios Disney. Convoqué pour une audition, Nash enthousiasme Walt qui l’embauche pour assurer la voix de Donald dans The Wise Little Hen. Il sera la voix officielle du canard jusqu’en 1983 !

 

C’est à partir de la voix de Donald inventée par Clarence Nash que Walt et ses animateurs vont affiner le design du personnage. Le costume de marin s’imposa comme une évidence par association entre le canard et son élément naturel, l'eau.

La version bande dessinée de The Wise Little Hen parut d’abord en France dans Le Journal de Mickey, du 28 avril au 28 août 1935 (image C), puis aux Etats-Unis du 16 septembre au 16 décembre 1935 dans un journal du dimanche, au rythme d’une page par semaine.

Il ne s’agit toutefois pas de la première apparition de Donald en bande dessinée. En octobre 1934, dans Mickey Mouse Magazine V2#1, le canard apparaît dansant aux côtés de Mickey avec des ailes en guise de mains (image D).

Après la diffusion progressive du cartoon The Wise Little Hen sur les écrans américains (il n’y a pas encore à l’époque de sortie nationale !), Donald réapparaît très rapidement, dès le 11 août, dans un deuxième cartoon, Orphan’s Benefit (Le Gala des Orphelins) de la série Mickey Mouse. Dans ce cartoon en noir et blanc, il révèle un peu plus son caractère bien trempé et conquiert définitivement le coeur du public (image E).

La carrière de Donald Duck est désormais bien lancée !

 

Le rôle de Donald dans Orphan’s Benefit le 11 août 1934 le propulse rapidement en tête des personnages préférés de la bande de Mickey. Ses gags, ses coups de sang et ses crises de colère en font un personnage comique et divertissant qui séduit le public à chacune de ses apparitions.

Le canard apparaît ainsi dans presque tous les cartoons de la série Mickey Mouse des années 1935 et 1936. Dans The Band Concert (La Fanfare, 1935), il joue le rôle de perturbateur du concert que le pauvre Mickey tente de diriger, volant ainsi une nouvelle fois la vedette à la souris. Puis il forme un trio récurrent avec Mickey et Dingo dans de multiples courts-métrages, comme dans Mickey’s Service Station (Les Joyeux Mécaniciens, 1935), Mickey’s Fire Brigade (Mickey pompier, 1935), Moving Day (Le Déménagement de Mickey, 1936) ou encore Moose Hunters (Chasseurs d’élans, 1937).

Un tournant intervient le 12 septembre 1936 avec le cartoon Donald and Pluto (Donald et Pluto). Pour la première fois, Donald est la vedette d’un court-métrage de la série Mickey Mouse. Pire, Mickey Mouse n’y apparaît même pas et, pour enfoncer le clou, le palmipède forme un duo comique avec Pluto, le chien de la souris (image A) ! La popularité de Mickey lui a joué des tours : le personnage est désormais trop célèbre pour être l’objet de rôles comiques. C’est donc Donald qui en profite !

 

Le cartoon Donald and Pluto marque donc les débuts de la carrière solo du canard. Quelques semaines plus tard, le 9 janvier 1937, le cartoon Don Donald est le premier de la série Donald Duck. Les cartoons du canard à la vareuse s’ouvriront désormais avec sa tête et son nom (image B) ! Dans Don Donald, les spectateurs découvrent le canard dans le rôle d’un séducteur mexicain (image C) ainsi que son premier amour, une cane prénommée Donna Duck, qui n’est autre que la version primitive de Daisy.

En parallèle, Donald continue d’apparaître aux côtés de Mickey dans de nombreux cartoons de la série de la souris. Les années 1937 et 1938 voient le trio Mickey-Donald-Dingo se reconstituer à de nombreuses reprises, avec des rôles particulièrement remarqués dans Lonesome Ghost (Les Revenants solitaires, 1937) (image D), Boat Builders (Constructeurs de bateau,1938) et Mickey’s Trailer (La Remorque de Mickey, 1938).

La propre série du canard, elle, ne fait que commencer. Elle s’achèvera en 1961, au terme de 128 épisodes, ce qui en fait la plus longue série de courts-métrages Disney.

En parallèle à sa carrière cinématographique, Donald se fait une place dans la bande dessinée. Le 7 février 1937, il apparaît dans son propre strip dessiné par Al Taliaferro dans un journal quotidien. A cette époque, Carl Barks, le futur « Homme des canards », conçoit les scénarios de nombreux courts-métrages de la série Donald Duck.

Dans le domaine de la bande dessinée, c’est le duo Al Taliaferro-Ted Osborne - qui était déjà derrière le crayon pour la version papier de The Wise Little Hen en 1934 - qui développe les histoires du canard.

Un changement majeur dans la vie de Donald intervient le 17 octobre 1937. Dans une histoire publiée ce jour-là, Riri, Fifi et Loulou, ses trois neveux, font une première apparition remarquée. Dans une lettre écrite par sa soeur Della (image A), Donald apprend que les triplés lui sont confiés provisoirement, après qu’un pétard a envoyé leur père à l’hôpital. Quelques secondes après, il est victime des premières farces des garnements, bien arrivés à destination (image B) !

Cette histoire a été adaptée au cinéma dans le cartoon Donald’s Nephews (Les Neveux de Donald), sorti le 15 avril 1938. Ce court-métrage marque ainsi la première apparition du trio à l’écran (image C).

D’abord apparus de manière épisodique, Riri, Fifi et Loulou s’imposent assez rapidement dans la vie de leur oncle, finissant même par s’installer chez lui en 1939 sous le crayon de Carl Barks.

 

Aux débuts, la cohabitation est marquée par de nombreux tours joués par les enfants à leur oncle, générant de nombreux conflits. Riri, Fifi et Loulou ne pensent alors qu’à une chose : faire l’école buissonnière et multiplier les mauvais coups !

Toutefois, à partir des années 1940, les triplés se montrent de moins en moins turbulents. Donald les emmène avec lui dans de nombreuses aventures publiées en bande dessinée, dans lesquelles ils peuvent prouver leur intelligence et leur capacité à sortir leur oncle de situations compliquées. Cette évolution positive du comportement de Riri, Fifi et Loulou annonce leur brillante carrière dans l’organisation des Castors Junios, créée par Carl Barks en 1951 dans l’histoire Castors Juniors à la Rescousse (image D).

S’ils ne devaient restés initialement que quelques jours chez leur oncle, les trois canetons s’y sont donc installés durablement, jouant un rôle majeur dans une grande partie de la carrière de Donald, tant au cinéma qu’en bande dessinée.

Le trio fit même une partie de sa carrière sans Donald, jouant les premiers rôles aux côtés de Balthazar Picsou dans la série La Bande à Picsou (1987-1990) et le film La Bande à Picsou, le film - Le Trésor de la Lampe Perdue (1990) (image E) ou encore dans la série télévisée Couacs en Vrac (1996-1997) dans laquelle ils apparaissent adolescents.

Début 1941, alors que la Seconde Guerre mondiale fait rage en Europe, les studios Disney sont en quête d’un nouveau souffle. Après le succès mondial de Blanche Neige et les Sept Nains (1937), les films Pinocchio (1939) et Fantasia (1940) n’ont pas obtenu les résultats financiers escomptés. Dumbo est encore en production et les scénaristes n’ont pas encore achevé le scénario de Bambi. S’ajoute à cela, en mai 1941, la grève d’une partie des employés qui paralyse partiellement les studios Disney jusqu’à l’automne.

Dans ce contexte, Walt Disney met en route de nouveaux projets. Déjà, en 1940, il avait lancé Le Dragon Récalcitrant, premier long-métrage mêlant animation et prises de vues réelles et présentant les coulisses du studio de Burbank. C’est aussi le premier long-métrage dans lequel Donald apparaît. La première du film a lieu le 20 juin 1941, mais Walt a déjà d’autres idées en tête.

Le gouvernement américain, lui, se prépare déjà à entrer dans le conflit mondial et s’inquiète de l’influence grandissante de l’Allemagne nazie dans les pays sud-américains. Walt Disney est sollicité pour défendre les valeurs américaines dans ces pays, conformément à la « politique de bon voisinage » initiée par le président Roosevelt dans les années 1930 qui limite tout interventionnisme militaire mais entend y maintenir une sphère d’influence.

Walt refuse de prendre parti politiquement et entend se limiter à un engagement artistique. Le 17 août 1941, il s’envole pour l’Amérique du Sud pour un voyage à la fois diplomatique et préparatif pour de nouveaux longs-métrages. L’objectif est triple : découvrir de nouvelles sources d’inspiration, élargir le marché américain et faire découvrir le continent sud-américain aux habitants des Etats-Unis.

 

Si Disney s’envole avec une équipe d’animateurs (images A), il emmène aussi dans ses valises son personnage le plus populaire de l’époque : Donald Duck ! L’équipe atterrit à Buenos Aires pour visiter l’Argentine, puis le Brésil, la Bolivie, le Chili ou encore le Mexique. Elle ne revient en Californie qu’après plusieurs semaines, en octobre 1941, avec de multiples idées en tête qui donneront naissance à deux nouveaux longs-métrages : Saludos Amigos, dont la première mondiale a lieu à Rio de Janeiro le 24 août 1942, puis Les Trois Caballeros, montré pour la première fois à Mexico le 21 décembre 1944.

Donald est la véritable star de ces deux films d’inspiration sud-américaine. Le canard figure dans deux des quatre séquences de Saludos Amigos, Lac Titicaca dans laquelle il visite les Andes à dos de lama (image B), et Aquarela do Brasil, dans laquelle il rencontre José Carioca (image C), un perroquet haut en couleur, lors du carnaval de Rio. Dans Les Trois Caballeros, il sert de fil conducteur au film, retrouve José Carioca et fait la rencontre d’un nouveau personnage, l'exubérant coq mexicain Panchito Pistoles (image D).

Lorsque les deux films sortent sur les écrans, Donald est déjà sur d’autres fronts, ceux de la Seconde Guerre mondiale, en s’engageant dans des courts-métrages éducatifs et de propagande…

 

 

Les cartoons à succès de Donald s’enchaînent lorsque survient, le 7 décembre 1941, l’attaque de la base américaine de Pearl Harbor par les forces japonaises, alliées de l'Allemagne nazie d’Adolf Hitler. Jusque-là à l’écart d’un conflit qu’ils considéraient comme n’étant pas le leur, les Etats-Unis doivent officiellement s’engager dans la Seconde Guerre mondiale.

Cet évènement va influer sur la carrière de Donald. En effet, les studios Disney doivent contribuer à l’effort de guerre : ils sont réquisitionnés pour réaliser des films de propagande au service du gouvernement américain. Les équipes de Walt Disney vont elles-mêmes faire appel à leur personnage le plus populaire de l’époque pour promouvoir l’action de l’armée américaine et discréditer les forces de l’Axe auprès du grand public.

Entre 1942 et 1944, Donald sera ainsi la tête d’affiche de huit cartoons de propagande et de trois courts-métrages éducatifs. Certains de ces cartoons arborent pour cela un nouveau logo : la tête de Donald est accompagné d’une coiffe militaire (image A).

Le populaire canard s’enrôle ainsi dans l’armée dans Donald Gets Drafted (Donald à l’Armée, 1er mai 1942), sous les ordres du sergent Pat Hibulaire (images B). Il est d’abord chargé de camoufler du matériel de guerre dans The Vanishing Private (Donald se Camoufle, 25 septembre 1942) avant de devenir parachutiste dans Sky Trooper (Donald Parachutiste, 6 novembre (image C), mais ses nombreuses gaffes le font souvent atterrir à la cuisine pour la corvée d’épluchage de patates (images D) ! On le voit aussi s’occuper de la défense aérienne dans Home Défense (A l’Attaque !, 26 novembre 1943) où il subit une attaque de ses neveux Riri, Fifi et Loulou et de leurs jouets. Sur tous les fronts, Donald affronte aussi - avec succès - les Japonais dans Commando Duck (2 juin 1944) (image E).

 

Le palmipède apparaît aussi dans trois courts-métrages à vocation éducative distribués par le gouvernement américain afin de prêcher la bonne parole auprès du peuple des Etats-Unis.

Dans Donald’s Decision (11 janvier 1942), il vante les mérites des bons de guerre canadiens, destinés à faire fonctionner à plein régime les usines d’armement. Dans The New Spirit (23 janvier 1942) puis dans The Spirit of ’43 (7 janvier 1943), il apprend aux contribuables américains l’importance de payer ses impôts en temps et en heure.

Enfin, et surtout, Donald s’engage avec force pour critiquer le régime nazi et ses absurdités. Ainsi, dans le cartoon Der Fuehrer’s Face (1er janvier 1943), il se retrouve simple soldat nazi, réveillé aux aurores, contraint de lire Mein Kampf puis exploité pour produire des missiles dans une usine d’armement, tout en devant régulièrement effectuer le salut nazi à la gloire d'Adolf Hitler. Heureusement pour le canard, il ne s’agissait que d’un cauchemar (images F) ! Particulièrement brillant, ce cartoon est le seul de la série Donald Duck à avoir remporté l’Oscar du meilleur court-métrage d’animation.

Au terme de la victoire des Alliés en 1945, Donald a ainsi renforcé sa popularité auprès du public, ayant rempli avec brio la mission qui lui avait été confiée par les studios Disney : celle de participer à l’effort de guerre indispensable pour vaincre les forces de l'Axe !

 

 

A suivre...
     
Le site www.personnages-disney.com est un site amateur réalisé par un fan, non commercial et non affilié à la Walt Disney Company. Toutes les images présentées sur le site sont la propriété de la Walt Disney Company, ou sont des montages réalisés par le webmaster à partir d'images appartenant à la Walt Disney Company.
Contact : personnages-disney@live.fr
Grandes dates de la carrière de Donald Duck
2014, l'année des 80 ans de Donald (Les 10... n°6 - juillet 2014)